Le Pape François allume un incendie dans la chapelle Sixtine

De Seminario de Antropologia
Saltar a: navegación, buscar

Français


Source > http://blog.lefigaro.fr/religioblog/2013/03/le-pape-francois-vient-dallume.html

Il y a eu un visage, des gestes et quelques mots, du nouveau Pape François. Mais sa première homélie - improvisée - dans la chapelle Sixtine, a quelque chose d'une flamme. C'est même du feu. Jamais un Pape - même Jean-Paul II - n'a osé parler aussi crument en publique. Benoît XVI avait eu ce type de discours, le vendredi saint mais c'était juste avant son élection.

Ce qui impose déjà un style radicalement neuf et décapant. Une grande liberté intérieure aussi. Le Pape François n'a pas voulu du texte que ses services lui avaient préparé. Il s'est lancé et a improvisé une homélie de sept minutes piles qui a laissé les cardinaux bouches bée. Comme des enfants devant un maître spirituel.

Car c'est la grande tradition Jésuite qu'il incarne. Celle de ces religieux à la fois aiguisés intellectuellement mais « fous » du Christ. C'est-à-dire vivant, en profondeur, avec « le Seigneur », comme il l'a dit, centre et source de leur vie. Mais dont ils sont animés comme un feu.

Cette homélie radicale n'a rien d'intégriste mais elle va plaire aux milieux traditionalistes. Cette homélie dérangeante n'a rien de progressistes mais elle va provoquer les milieux de gauche. Cette homélie est bigrement catholique !

Voici quelques extraits
« Nous pouvons cheminer tant que nous voulons, nous pouvons édifier tant de choses, mais si nous ne confessons pas Jésus Christ, quelque chose ne va pas. (...) « nous deviendrions une pieuse ONG (ONG pietosa [certains ont traduit piteuse mais c'est inexact) mais pas l'Eglise, épouse du Christ ».
« Que se passe-t-il si nous n'édifions pas sur la pierre ? Il arrive ce que arrive aux enfants sur la plage quand ils font des palais de sable, tout s'écroule, sans consistance ».
« Quand nous ne confessons pas Jésus Christ, me vient en tête cette phrase de Léon Bloy : celui qui ne prie pas le Seigneur, prie le diable. Et quand nous ne confessons pas Jésus-Christ, nous confessons la mondanité du diable, la mondanité du démon ».
« Quand nous cheminons, sans la croix, quand nous construisons sans la croix, quand nous confessons avec le Christ mais sans la croix, nous ne sommes pas les disciples du Seigneur. Nous sommes des mondains. Nous sommes des évêques, des prêtres, des cardinaux, des papes, tout, mais nous ne sommes pas des disciples du Seigneur... »